De l’air sain pour des enfants en meilleure santé

L’Alliance pour la santé et l’environnement a présenté un rapport au sujet de  « l’air sain pour des enfants en meilleure santé ». Il fait état des dangers de la pollution l’air sur la santé des personnes vulnérables telles que les enfants.

L’Alliance pour la santé et l’environnement (Health and Environment Alliance, HEAL), est une organisation non gouvernementale internationale à but non lucratif qui vise à améliorer la santé grâce à une politique publique promouvant un environnement plus propre et plus sain. Elle aspire à une planète saine pour des gens en bonne santé.

Cette organisation rappelle que, conformément a ce qu’avait relaté l’Organisation mondiale de la santé (OMS) la pollution de l’air est  l’un des principaux facteurs de risque pour certaines maladies chroniques chez l’adulte, dont les maladies cardiaques et pulmonaires, ainsi que le cancer. Les dangers de la pollution de l’air sont avérés : en effet, HEAL rapport que :  » Le fait de respirer des polluants atmosphériques (comme les particules atmosphériques, par exemple, qui sont de minuscules particules bien plus fines qu’un cheveu humain) peut entraîner des modifications de l’organisme humain se révèlant nocives pour la santé. La mauvaise qualité de l’air est associée à des maladies respiratoires chroniques et aiguës comme la bronchite et l’aggravation de l’asthme, les maladies cardiaques ou les accidents vasculaires cérébraux (AVC). Les personnes déjà malades et celles qui vivent en ville ou en situation de précarité financière sont particulièrement exposées aux effets néfastes de la pollution de l’air.« 

Ce rapport émet certaines proposition afin de sensibiliser les personnes sur ce risque. Cela passe d’abord par la sensibilisation des plus jeunes en milieu scolaire. HEAL a ainsi a développé une initiative de science citoyenne visant à contrôler les polluants atmosphériques à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments autour des écoles primaires dans six capitales de l’Union européenne (Berlin, Londres, Paris, Madrid, Sofia et Varsovie), villes dont les Etats ne respectent pas, à l’heure actuelle, les normes de l’UE en matière de qualité de l’air.

Elle oeuvre aussi pour le contrôle de la qualité de l’air et rappelles les différents composants les plus dangereux pour la santé tels que les particules atmosphériques (PM), le dioxyde d’azote (NO2) ou encire, le dioxyde de carbone (CO2). Elle rapporte qu’au sein des bâtiments scolaires, la concentration de ces éléments y est parfois élevé.

Aussi, le contrôle scientifique citoyen effectué par cette organisation fait état de la mauvaise qualité à l’intérieur et à l’extérieur des salles de classe.

 

À propos de l’auteur

COUSSY AVOCATS ENVIRONNEMENT ENERGIE URBANISME

Reconnu en droit de l'énergie et de l'électricité (CRE)
Reconnu en droit de l'environnement
Reconnu en droit de l'urbanisme
Reconnu en droit de la sécurité (CNAPS, CNAC, CIAC)

Laisser un commentaire