Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

Mobilisation nationale : l’environnement et l’énergie en ligne de mire

L’environnement et l’énergie sont retenus au titre des 6 chantiers de la mobilisation nationale. L’objectif est de remédier à des situations où celles-ci n’atteignent pas leurs objectifs faute de suivi politique ou de coordination au plus près des territoires.

Conformément aux orientations fixées par le Président de la République le 25 avril 2019, une réunion faisant intervenir plusieurs membres du Gouvernement, des associations d’élus locaux, des partenaires sociaux et des acteurs du monde associatif s’est déroulée le 6 mai 2019 dans le but de dégager des thématiques de mobilisations nationale et territoriale.

Parmi les 6 chantiers envisagés, l’un concerne l’environnement, l’autre l’énergie. L’objectif commun à ces chantiers est de remédier aux  » angles morts  » des politiques publiques, c’est-à-dire aux situations où celles-ci n’atteignent pas leurs objectifs faute de suivi politique ou de coordination au plus près des territoires.

Chantiers environnementaux et énergétiques

S’agissant de l’environnement, l’objectif est de changer de dimension sur l’écologie au quotidien. Quelques thématiques sont citées : le recyclage du plastique, la gestion des déchets, l’accompagnement de l’économie circulaire, la proportion de 50 % de produits bio, locaux et écologique dans la restauration collective en 2022, dont au moins 20 % de produits bio dans les cantines d’ici 2022, le développement des circuits courts, le développement de la bioéconomie. Il faudra s’interroger sur deux points en particulier : comment assurer la pleine appropriation par les acteurs locaux des outils existants (Territoires d’industrie, contrats de transition écologique) ? Comment articuler les différences démarches contractuelles ?

S’agissant de l’énergie, l’objectif est d’accompagner la rénovation thermique des logements. Deux questions structurent également cette thématique : comment rendre les outils publics plus efficaces et accélérer leur déploiement ? Comment minimiser le reste à charge ?

Le calendrier

Les préfets de région sont invités à convier dans les 10 jours (soit jusqu’au 26 mai 2019) l’ensemble des acteurs pertinents du territoire et à prendre contact avec le Président du Conseil régional qui a vocation à piloter, avec le préfet de région, ce processus. Une méthode de travail sera alors élaborée en vue de la réalisation d’un diagnostic territorial sur chacun des six chantiers et intégrant un premier recensement des initiatives d’ores et déjà existantes et des premières propositions d’actions.

Le Premier ministre réunira alors au début de l’été l’ensemble des acteurs nationaux et locaux pour arrêter ce qui relève de l’échelon national et ce qui sera traité ay plan local. Enfin, en septembre, les agendas de solutions nationaux et locaux devront être validés  et une méthode de suivi de leur déploiement sera élaborée.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :