Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

Méditerranée: le corail rouge menacé

La préfecture de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur vient d’interdire la pêche du corail rouge à moins de 50 mètres de profondeur en Méditerranée sur les côtes de la Catalogne française, selon l’AFP. Les prélèvements en eaux peu profondes étaient jusqu’alors autorisés du 1er mai au 30 septembre avec une limitation à 50 kilos annuels par pêche. Le corail rouge se fixant sur des roches est présent dès 20 m de profondeur au large du Roussillon. Or, il se situe généralement à de grandes profondeurs jusqu’à 400 m.

Le corail rouge n’est pas classé dans les espèces protégées ou menacées. Mais les études des stocks montraient un risque pour ce patrimoine dans les zones proches de la Réserve naturelle marine de Cerbère-Banyuls (Pyrénées-Orientales) située au large du Roussillon, a expliqué à l’AFP Philippe Lebaron, directeur du Laboratoire océanologique Arago (CNRS et Université Paris 6) de Banyuls-sur-Mer. Cette mesure d’interdiction a été saluée par le laboratoire et le conseil général des Pyrénées-Orientales. Il s’agit de « limiter la collecte sauvage, sauver le patrimoine et préserver le paysage sous-marin » pour le tourisme de plongée, a indiqué Pascal Romans, responsable du service d’aquariologie du laboratoire Arago.

En revanche, le Syndicat régional des pêcheurs plongeurs en scaphandre autonome (SRPPSA) a dénoncé l’arrêté préfectoral estimant que les professionnels « ne pourront plus exercer leur métier ». Le corail rouge, utilisé en joaillerie et surnommé « or rouge », peut se vendre jusqu’à 3.000 € le kilo pour les branches de 8 mm.

%d blogueurs aiment cette page :