Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

CITES : protection de nouvelles espèces

Le mois dernier, les 183 parties à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) se sont réunis lors conférence triennale mondiale afin d’adopter des décisions et résolutions qui élargiront et renforceront le régime mondial du commerce des espèces sauvages. 

Pour rappel, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, connue par son sigle CITES ou encore comme la Convention de Washington, est un accord international entre Etats. Elle a pour but de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

Les nouvelles résolutions prises dans le cade de la CITES ont eu pour objet notamment de  protéger de  nouvelles espèces en les inscrivant sur les listes de protection de la CITES. Les éléphants, les girafes, les requins, les rhinocéros, les loutres cendrées, les jaguars, espèces impactées par le commerce, ont fait l’objet de discussion. Le commerce de faune sauvage non durable et illégal, associé à la perte d’habitats et à d’autres menaces nées de l’homme, ont décimé de nombreuses espèces qui sont aujourd’hui à un seuil critique pour leur survie future.

Cependant, malgré un nombre conséquent de mesures prises, les États ne sont pas parvenus à s’entendre sur la protection de l’éléphant ainsi que le trafic d’espèces du Sud-Est asiatique.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :