Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

Le GIEC alerte sur la surexploitation des terres et ses conséquences

Créé en 1988 par deux institutions des Nations unies (l’Organisation météorologique mondiale et le Programme des Nations unies pour l’environnement), le GIEC (Groupe d’expert intergouvernementale sur l’évolution du climat) a pour mission d’évaluer l’état des connaissances sur l’évolution du climat, ses causes, ses impacts. Il a pour mission d’identifier les possibilités de limiter l’ampleur du réchauffement et la gravité de ses impacts.

Ainsi, les rapports du GIEC apporte un éclairage sur l’état des lieux régulier des connaissances les plus avancées.

Récemment, cette entité a remis un rapport spécial faisant état d’une surexploitation des ressources qui a pour conséquence de mettre en cause la sécurité alimentaire et qui appauvrit également la biodiversité.

Dans son rapport du 8 août dernier, le GIEC  s’inquiétait des changements climatiques, de la désertification, de la dégradation des terres, de la gestion durable des terres, de la sécurité alimentaire et des flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres . Ce rapport fait état d’un épuisement des ressources dû à une exploitation intensive des sols et des forêts. Ces événements ont pour conséquence la mise en cause de la capacité mondiale à  faire face au réchauffement climatique ainsi que la remise en cause des  conditions de vie et de subsistance.

Ainsi, le GIEC alerte sur l’urgence d’adopter une stratégie mondiale permettant une gestion des terres plus raisonnée.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :