Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

Prolongation de la mission du Comité national d’éthique des abattoirs

Le Conseil national de l’alimentation a émis toute une série de recommandations pour que ce groupe de concertation soit pérennisé et puisse poursuivre sa mission d’amélioration de la bientraitance animale en abattoir et des conditions de travail des salariés.

Le Comité national d’éthique des abattoirs (CNEAb) réunit des membres du Conseil national de l’alimentation (CNA) ainsi que des professionnels du secteur, des associations de protection animale, des vétérinaires, des représentants des cultes et des chercheurs (sociologues, juristes, philosophes,…). Sa mission : réaliser une analyse des attentes sociétales, donner un avis sur la politique publique, débattre de l’évolution des règles relatives à l’amélioration de la protection animale en abattoir et jouer un rôle dans le suivi de leur mise en oeuvre.
Saisi par le ministère chargé de l’agriculture, le CNA a rendu son avis sur les objectifs ainsi fixés au CNEAb, qui comporte 12 recommandations-clés consensuelles (sur un total de 53 recommandations). Ces recommandations-clés sont considérées comme « nécessaires pour atteindre les objectifs communs partagés de l’existence des abattoirs sur le territoire français, de l’amélioration de la protection animale et des conditions de travail des salariés et des contrôleurs ». Elles s’adressent au ministère chargé de l’agriculture et aux opérateurs de la filière viande.
La première recommandation pose le cadre : « Pérenniser le CNEAb, espace unique de dialogue entre toutes les parties prenantes et contributeur aux politiques publiques et privées pour améliorer la bientraitance animale en abattoir et les conditions de travail des salariés ». Les autres s’articulent autour de cinq axes à savoir le renforcement des bonnes pratiques et amélioration de l’efficacité des contrôles officiels ; l’acquisition, la gestion et la valorisation des qualifications professionnelles ; le recensement et le suivi des abattoirs, ainsi que l’aménagement et le fonctionnement des abattoirs ; l’information du consommateur et enfin le développement d’une approche transversale de la recherche sur les abattoirs.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :