Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

La France n’a pas besoin d’éoliennes car elle a déjà, contrairement à l’Allemagne, des centrales nucléaires

Réponse du Centre d’analyse stratégique : « La logique d’ouverture des frontières énergétiques européennes donne tout son sens à l’éolien, en répondant aux problématiques d’épuisement des ressources, de sécurité énergétique, et surtout de réduction des émissions de GES. La France est un lieu d’implantation excellent en termes de répartition et vitesse des vents, puisqu’elle constitue le deuxième potentiel éolien en Europe après la Grande-Bretagne. Une politique commune européenne ainsi qu’un marché européen de l’électricité permettraient une utilisation optimale des potentiels éoliens – en France et en Grande-Bretagne – et une répartition plus équilibrée des installations, élargissant la zone d’implantation et maximisant les bénéfices du « foisonnement ». Une amélioration des modalités d’accès ainsi qu’une augmentation des interconnexions électriques entre la France et les pays limitrophes accroîtraient les capacités d’exportation de la France, et diminuerait les coûts pour la collectivité. Un tel développement du réseau viendrait alléger le débat européen sur la sécurité énergétique. La France se placerait alors comme un exportateur majeur d’électricité en Europe, aussi bien d’origine nucléaire que d’origine éolienne. »

 Ref
Successeur du Commissariat Général du plan depuis 2006, le Centre d’analyse stratégique, organisme directement rattaché au Premier ministre a pour mission d’éclairer le Gouvernement dans la définition et la mise en oeuvre de ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale ou culturelle. Dans un rapport intitulé « le pari de l’éolien », il répond indirectement aux critiques émises par les « éolo-sceptiques ».
%d blogueurs aiment cette page :