Avis de l’ASN sur le projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés

Pour rappel, l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) assure, au nom de l’État, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection, pour protéger les personnes et l’environnement. Elle informe le public et contribue à des choix de société éclairés. Dans un avis du 23 juillet 2019, elle s’est prononcée sur le projet de piscine d’entreposage centralisé de combustibles usés envisagé par EDF.

Elle rappelle que les réacteurs électronucléaires qui produisent plus de 70 % de l’électricité française ont besoin de pouvoir évacuer leurs combustibles usés vers des lieux d’entreposage. Cependant, ces lieux d’entreposage peuvent arriver à saturation. C’est en ce sens que l’ASN avait déjà interpellé EDF en 2011. Dans un avis du  18 octobre 2018 relatif à la cohérence du cycle du combustible nucléaire en France, elle avait également demander des solutions pour y faire face. Enfin, il est à noter que le plan national de gestion des matières et déchets radioactifs (PNGMDR) 2016-2018 avait attirer l’attention sur le fait que ce risque de saturation pouvait intervenir entre 2025 et 2035.

L’arrêté du 23 février 2017 pris en application du décret n° 2017-231 du 23 février 2017 pris pour application de l’article L. 542-1-2 du code de l’environnement et établissant les prescriptions du Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs avait prescrit à EDF de transmettre avant le 30 juin 2017 à l’ASN les options techniques et de sûreté relatives à la création de nouvelles capacités d’entreposage.

A ce titre EDF a transmis un projet consistant en l’installation d’une piscine conçue pour entreposer 10 000 tonnes de métal lourd(tML), correspondant à environ 21 000 assemblages combustibles. Elle serait constituée de deux bassins d’entreposage, de capacité et de conception identique, dont la mise en service serait échelonnée dans le temps. C’est sur ce projet que l’ASN s’est prononcée après expertise de l’IRSN, l’avis du groupe permanent d’experts pour les laboratoires et usines (GPU) et après consultation du public.

Le 23 juillet dernier, l’ASN a donc rendu un avis favorable : elle considère que les objectifs généraux de sûreté et les options de conception retenues sont globalement satisfaisants. Des études et justifications complémentaires sont cependant nécessaires, notamment concernant la conception et la maîtrise de la fabrication pour garantir, sur la durée, l’étanchéité de la piscine. A ce stade, EDF n’a pas défini de site d’implantation de l’installation. Une fois le site retenu, EDF devra vérifier que les niveaux d’aléas retenus pour les agressions externes sont appropriés.

 

À propos de l’auteur

COUSSY AVOCATS ENVIRONNEMENT ENERGIE URBANISME

Reconnu en droit de l'énergie et de l'électricité (CRE)
Reconnu en droit de l'environnement
Reconnu en droit de l'urbanisme
Reconnu en droit de la sécurité (CNAPS, CNAC, CIAC)

Laisser un commentaire