L’éolien coûte cher à la collectivité

Réponse du Centre d’analyse stratégique : « Une étude de l’Institut Montaigne, Éoliennes : nouveau souffle ou vent de folie ?, détermine le coût de l’éolien pour la collectivité comme la différence entre le coût de production (investissement initial, dépenses d’exploitation et de raccordement au réseau) et les bénéfices obtenus (moindre utilisation de gaz et d’uranium, substitution des éoliennes aux centrales thermiques).[..]

Le calcul présenté ci-dessus (Image N°3 du portfolio) correspond à une analyse coûts/bénéfices (méthode de l’Institut Montaigne), afin d’évaluer le coût complet (incluant les externalités liées au changement climatique) pour la collectivité de 19 GW de capacités éoliennes en 2020 (c’est-à-dire : 15,6 GW supplémentaires de capacités éoliennes terrestres). Cette analyse n’a pas vocation à ajouter un chiffre de plus à la longue liste des estimations du coût de l’éolien, mais plutôt à apprécier sa sensibilité à certaines variables clés et à démontrer ainsi toute leur importance. Même si la méthode de calcul est identique à celle utilisée par l’Institut Montaigne, les hypothèses ont été complétées et mises à jour. […]

Si les chiffres de l’Institut Montaigne sont proches des résultats obtenus pour 2010, ces derniers s’en éloignent par la suite, en raison de la réactualisation de certaines variables, mais surtout de la prise en compte des évolutions de l’investissement, des prix de l’énergie, et de la considération de la vente des quotas de CO2 sur le marché européen. Malgré tout, l’éolien reste un coût pour la collectivité, à hauteur de 148 millions d’euros par an à l’horizon 2020. […]

Notre étude souligne la sensibilité de cette analyse coûts/bénéfices des mesures du Grenelle de l’environnement (réalisation de 19 GW) à l’égard de certains paramètres, puisque le coût cumulé du développement de ce programme représenterait pour la collectivité entre 2008 et 2020 un surcoût compris entre un et trois milliards. Néanmoins, cette étude met également en exergue que le coût complet annuel (y compris les externalités) de ce programme peut être négatif (conduisant donc à un bénéfice pour la collectivité) sous certaines conditions : une augmentation du prix du gaz (hypothèse fortement probable), ou encore une diminution des coûts de la technologie. Si deux des trois paramètres étudiés ici sont d’ordre exogène, le nombre d’heures d’utilisation dépend certes de l’évolution de la technologie, mais également de l’implantation des éoliennes, facteur primordial dans la politique énergétique française. »

À propos de l’auteur

COUSSY AVOCATS ENVIRONNEMENT ENERGIE URBANISME

Reconnu en droit de l'énergie et de l'électricité (CRE)
Reconnu en droit de l'environnement
Reconnu en droit de l'urbanisme
Reconnu en droit de la sécurité (CNAPS, CNAC, CIAC)

Laisser un commentaire