Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

Eolien et photovoltaïque

Eolien et photovoltaïque :

Il s’appelle IPES, pour « Insertion de la production éolienne et photovoltaïque dans le système électrique ». Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de la Mer et Dominique Maillard, président du directoire de Réseau de Transport d’Electricité (RTE), ont dévoilé, lundi 30, ce nouveau dispositif au « dispatching » national du gestionnaire de transport, à Saint-Denis.

Selon le ministre, la « notion de transport est primordiale » dans la problématique de la montée en puissance des ENR décentralisées dans le paysage français. La capacité installée éolienne a été multipliée par quatorze en cinq ans, pour atteindre les 4 300 MW, et 1 000 MW de plus devraient s’ajouter cette année, a insisté J-L. Borloo. D’ailleurs, a indiqué D. Maillard, « l’opposition entre ENR et réseau est une erreur ». Et de rappeler que le transport s’est notamment développé afin d’acheminer l’hydraulique des Pyrénées et des Alpes vers les centres de consommation au nord du pays. Néanmoins, l’intermittence de ces équipements « est un défi d’ingénieurs, mais un défi relevé par RTE ».

L’objectif étant d’améliorer l’observabilité et la prévisibilité des équipements, afin de pourvoir affiner les prévisions du gestionnaire de transport de courant français. Ainsi, désormais, a martelé le président du directoire de RTE, « nous disposons, grâce à IPES, d’une prévision à 24h, à 3% près, de la production éolienne en France. »

Basé à Toulouse, le système IPES est accessible des huit centres de dispatching de RTE (Saint-Denis et les sept régionaux) et permet de connaître tant les historiques de production que les anticipations (en «zoom» de J-4 à J+2). Produit quasiment standard d’Areva T&D (le contrat est autour de 500 000 €), déjà utilisé au Danemark et en Irlande, IPES a été développé également en interne. Ainsi, s’il s’est inspiré des modèles déjà existants de pays comme l’Espagne et l’Allemagne, où la production éolienne est bien plus importante, D.Maillard espère que RTE est allé « un cran au-dessus ». Ce qui est certain c’est qu’avec ce dispositif RTE est « un cran en avant » anticipant largement les objectifs fixés en matière éolienne (20 000 MW) et solaire (5 400 MW). Lundi 30, vers 11 h, l’éolien délivrait, en instantané, 1 063MW, contre une puissance appelée de 70 600 MW sur le réseau.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :