Zones naturelles d’intérêt écologique et espaces remarquables ( L 146-6 du Code de l’urbanisme)

« Considérant qu’aux termes de l’article L. 146-6 du code de l’urbanisme : Les documents et décisions relatifs à la vocation des zones ou à l’occupation et à l’utilisation des sols préservent les espaces terrestres et marins, sites et paysages remarquables ou caractéristiques du patrimoine naturel et culturel du littoral, et les milieux nécessaires au maintien des équilibres écologiques. Un décret fixe la liste des espaces et milieux à préserver (…) ; qu’aux termes de l’article R. 146-1 du même code, dans sa rédaction applicable à l’espèce : En application du premier alinéa de l’article L. 146-6, sont préservés, dès lors qu’ils constituent un site ou un paysage remarquable ou caractéristique du patrimoine naturel et culturel du littoral, sont nécessaires au maintien des équilibres biologiques ou présentent un intérêt écologique : (…) e) Les marais, les vasières, les tourbières, les plans d’eau, les zones humides et milieux temporairement immergés ; f) Les milieux abritant des concentrations naturelles d’espèces animales ou végétales telles que les herbiers, les frayères, les nourriceries et les gisements naturels de coquillages vivants ; les espaces délimités pour conserver les espèces en application de l’article 4 de la loi n° 76-629 du 10 juillet 1976 et les zones de repos, de nidification et de gagnage de l’avifaune désignée par la directive européenne n° 79-409 du 2 avril 1979 concernant la conservation des oiseaux sauvages (…) ;

Considérant qu’il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que c’est sans commettre ni erreur matérielle ni dénaturation des faits que la cour administrative d’appel de Marseille a relevé que le terrain d’assiette du permis de construire délivré le 28 janvier 2000 à M. par le maire de Canet-en-Roussillon, était inclus dans le périmètre de la zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de l’étang de Canet-Saint-Nazaire ainsi que dans la ZNIEFF de la zone humide d’Al Cagarell, que ces deux zones ont par la suite fait l’objet d’une inscription aux sites Natura 2000, que ces zones présentent un intérêt écologique particulier du fait de la richesse du faciès de végétation et de l’avifaune qui comprend vingt et une espèces nicheuses, que le terrain litigieux n’est entouré d’aucune construction et que, s’il est situé à proximité d’un secteur urbanisé, il en est séparé par une avenue ; que, si la cour a pris en compte l’intégration du terrain dans les deux zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique et son inscription aux sites Natura 2000, elle a fondé son appréciation, ainsi qu’il ressort de la motivation de l’arrêt, sur l’intérêt écologique de la zone et ses caractéristiques propres au regard des critères définissant les espaces remarquables, pour en déduire que le terrain litigieux était inclus dans des zones qui constituent des espaces remarquables devant bénéficier de la protection prévue par les dispositions précitées de l’article L. 146-6 ; qu’il s’ensuit que la COMMUNE DE CANET-EN-ROUSSILLON et M. ne sont fondés à soutenir, ni que la cour aurait commis une erreur de droit en déduisant, sans prendre en considération les caractéristiques propres du terrain, la qualification d’espace remarquable au sens de l’article L. 146-6 du code de l’urbanisme, de la seule inclusion du terrain d’assiette dans des ZNIEFF ou de son inscription aux sites Natura 2000, ni qu’elle aurait inexactement qualifié les faits en jugeant que le terrain d’assiette du projet devait être regardé comme un espace remarquable au sens de ce même article ; »

Conseil d’Etat

Sous-sections 4 et 5 réunies

Appel

3 Septembre 2009

N° 306298

Publié aux tables du Recueil Lebon

COMMUNE DE CANET-EN-ROUSSILLON ; SERAN

MINISTERE DE L’ECOLOGIE, ENERGIE, DEVELOPPEMENT DURABLE ET MER

À propos de l’auteur

COUSSY AVOCATS ENVIRONNEMENT ENERGIE URBANISME

Reconnu en droit de l'énergie et de l'électricité (CRE)
Reconnu en droit de l'environnement
Reconnu en droit de l'urbanisme
Reconnu en droit de la sécurité (CNAPS, CNAC, CIAC)

Laisser un commentaire