La population habitant à proximité des éoliennes n’a droit qu’aux désagréments

Réponse du Centre d’analyse stratégique : « La réussite de la filière réside en grande partie dans l’acceptabilité des éoliennes au Danemark, en raison d’une participation active de la population au développement de cette énergie verte. En effet, chaque Danois peut devenir « actionnaire » d’une éolienne par le biais d’une coopérative, par exemple. En 1980, la seule condition à la formation d’une coopérative était que les participants habitent dans un cercle de 3 km autour de la turbine. Ces mesures connurent un succès important, puisqu’en 2001, plus de 175 000 ménages possédaient 80 % de l’ensemble des turbines danoises. Les électriciens ont alors réalisé que l’éolien était le moyen le plus économique de respecter les objectifs environnementaux, et ont poussé le gouvernement à freiner la construction d’éoliennes par des indépendants, dont l’électricité verte est bien plus coûteuse à racheter que l’électricité produite par eux-mêmes. Progressivement, le gouvernement a donc relâché cette contrainte géographique. En 2000, il supprimait toute contrainte, permettant à n’importe quelle entreprise d’investir au Danemark et diminuant ainsi la participation de la population. Chaque investisseur a le devoir de proposer au moins 20 % des parts de la turbine à la population locale habitant dans un rayon de 4,5 km. […]

À l’instar du Danemark, les habitants eux-mêmes ont largement participé au développement de l’éolien en Allemagne(Image N°4 du portfolio). Aujourd’hui encore, près de 200 000 Allemands détiennent une part dans le capital d’une unité de production.[…]

On pourrait ainsi envisager de permettre à la population locale, à l’exemple des pratiques allemandes et danoises, de prendre des participations dans les champs éoliens afin de bénéficier des revenus de leur exploitation. Dans ce schéma, les plus petites éoliennes seraient principalement destinées à un usage local, autrement dit à l’usage de leurs propriétaires, qui pourraient cependant revendre leur électricité au distributeur. »

Ref

Successeur du Commissariat Général du plan depuis 2006, le Centre d’analyse stratégique, organisme directement rattaché au Premier ministre a pour mission d’éclairer le Gouvernement dans la définition et la mise en oeuvre de ses orientations stratégiques en matière économique, sociale, environnementale ou culturelle. Dans un rapport intitulé « le pari de l’éolien », il répond indirectement aux critiques émises par les « éolo-sceptiques ».

À propos de l’auteur

COUSSY AVOCATS ENVIRONNEMENT ENERGIE URBANISME

Reconnu en droit de l'énergie et de l'électricité (CRE)
Reconnu en droit de l'environnement
Reconnu en droit de l'urbanisme
Reconnu en droit de la sécurité (CNAPS, CNAC, CIAC)

Laisser un commentaire