Urbanisme – Construction – Energie – Sécurité

Appel à projets « Écosystèmes de mobilité hydrogène » : sélection de certains projets

Dans le cadre de la mise en oeuvre du Plan national de déploiement de l’hydrogène, le gouvernement a confié à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) la mission de créer des appels à projets. Deux appels à projets ont déjà été lancés.

L’ADEME a lancé l’appel à projets « Écosystèmes et mobilité hydrogène »  en octobre 2018. Déjà à la moitié du programme  24 projets avaient été déposés par des candidats provenant de toutes les régions métropolitaines.
Or, Dès à présent, onze projets ont été retenus par l’ADEME pour une instruction approfondie en se basant sur trois critères : la performance environnementale, la justification des usages de l’hydrogène et la maturité des projets.
Sont concernés par cette instruction approfondie :
  • AUXR H2 : le projet porté par la Communauté de l’auxerois vise à l’acquisition de cinq bus électriques à hydrogène et une dizaine d’utilitaires électriques à hydrogène par une entreprise de BTP régionale ;
  • DS Energy : le projet porté par Dijon Métropole vise à l’acquisition de huit bennes à ordures ménagères hydrogène. Il est prévu que l’hydrogène soit produit localement ;
  • EFFI H2 VANNES : le projet porté par le syndicat Morbihan Énergie et des partenaires privés vise à investir dans une unité de production locale d’hydrogène ;
  • FEBUS : le projet porté par la Communauté d’agglomération de Pau-Pyrénées vise à l’achat de bus électriques à hydrogène.
  • HYDREOL : le projet porté par l’agglomération de Chaumont vise à une production et distribution locale d’hydrogène ;
  • HYNOVAR : le projet porté par un consortium de la CCI du Var vise à l’achat d’une navette maritime électrique hydrogène ;
  • HYPORT : le projet porté par le conseil régional Occitanie vise à investir dans une solution de production et de distribution d’hydrogène autour de l’aéroport de Toulouse ;
  • H2 IDF : le projet  porté par SIPPEREC vise à produire de l’hydrogène à partir d’électricité produite sur un site de valorisation énergétique ;
  • LAST MILE IDF : le projet porté par Akuo Energy et Ataway vise à produire et distribuer de l’hydrogène en Ile-de-France ;
  • LUZO : le projet porté par la communauté d’agglomération de la Rochelle vise à valoriser une partie de la production photovoltaïque produite par un éco-quartier sous forme d’hydrogène ;
  • ZEV : le projet porté par le conseil régional Auvergne Rhône Alpes et les entreprises ENGIE et Michelin vise à déployer 1 200 véhicules électriques hydrogènes et 20 stations.
Ces différents projets ont des applications diversifiées ce qui permet à l’ADEME d’identifier les segments de marché sur lesquels les véhicules électriques hydrogènes offrent une plus-value. Pour le ministre de la transition écologique, la diversité des projets révèle « le potentiel de l’hydrogène en France et la volonté des territoires d’y participer pleinement ». La ministre des transports estime, quant à elle, que cela démontre « la pertinence de cette solution pour une mobilité sans émission ».
L’appel à projets est encore ouvert jusqu’au 18 octobre 2019 avec un second relevé prévu. Un deuxième appels à projets concernant l’hydrogène, lancé par l’ADEME et l’État en février 2019, est doté de 50 millions d’euros. « Production et fourniture d’hydrogène décarboné pour des consommateurs industriels » est ouvert jusqu’au 18 juin 2019 avec pour objectif de réduire les impacts d’usages industriels d’hydrogène carboné.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :